(J-5) – 20 novembre 2018 – LE « STRIKE » PRESQUE REALISé…
En division 3 D, Seilles « A » / Somzée « D » : (4/4) 9/7.
Face à un des ténors de la série, notre équipe fanion n’a pas déçu. Solidaires, les quatre corsaires ont donné le coup de barre nécessaire pour redresser la frégate qui subissait les assauts d’un océan déchaîné. A la pause, ces flibustiers avaient en effet égalisé, avant de se constituer un avantage de deux unités. La victoire ne sera toutefois acquise qu’au terme du 15ième match… et du 5ième set. Francis Sorée (3) et André Grenson (3) sont les marins les plus aguerris, Frenchie n’encaissant qu’une seule défaite à la belle. André retrouve la « grinta », ce qui n’est pas fait pour nous déplaire. Steve Piot (2), après un premier acte parsemé de coups dans l’eau, cartonne sec : la Chouffe y est-t’elle étrangère ou non ? Michel Ramelot (1), toujours précieux et présent au bon moment, apporte le point nécessaire et suffisant et aurait pu arriver à arraisonner Vincent Lejeune, C6 (défaite 2/3). Trois points qui nous propulsent en milieu de tableau.
En division 4 D, Seilles « B » / Suarlée « B » : (6/2) 13/3.
Rencontre au sommet entre les deux leaders de cette série. Très motivés, nos quatre D0 se concentrent sur leur ouvrage dès le début des hostilités. Tels des locomotives, ils crachent le feu pour amener un agréable 3/0. Le petit filou, Philippe Massin, et son comparse, Michel Wautelet, éteignent alors quelque peu l’incendie pour inscrire 3/2 au marquoir. Ce n’est toutefois que feu de paille, puisque cinq pelletées de coke boostent ensuite notre « TGV ». Michel nous contrarie une dernière fois encore (8/3) avant l’arrivée d’une nouvelle « coulée continue », identique à la précédente. Philippe Delannoy (4) est un Chef de convoi incontesté, sans cesse au charbon, Michel Simon, Denis Perin et Axel Léonard, tous trois fidèles seconds, chargés de puiser dans le tander et tous trois défaits à la belle. Une prestation éclatante réalisée par des artistes hors pair. La fumée blanche pour ce convoi.
En division 4 G, Seilles « C » / Arbre « D » : (7/1) 14/2.
Arbre n’a pas eu raison des solides branches seilloises. Robustes comme de l’ébène, Olivier Chiaradia, Michaël Lemal, Denis Brisfer et Jérôme Pirsoul n’ont jamais souhaité se mettre en difficulté et ils ont fait flèche de tous bois. En bûcherons au sommet de leur art, ils ont « tronçonné » jusqu’à la 11ième rencontre, moment choisi pour sceller le sort d’un Arbre qui se craquelait de toutes parts. Denis et Michaël sont de parfaits équilibristes (12 sets à 2), Olivier Chiaradia se hissant presque à leur hauteur (12 sets à 3). Jérôme (2) est un excellent débardeur, le manque d’entraînement expliquant ses deux « buissons creux ». Trois points qui nous envoient en milieu de classement.
En division 4 E, Seilles « D » / Gesves « B » : (4/4) 7/9.
Le seul faux pas ce samedi… Cependant, à deux, Sébastien Roland (4) et Vincent Angelicchio (3) sont passés tout près de l’exploit. Ces funambules du ping ont enchaîné les échanges spectaculaires dans des joutes qui ont ravis tant les joueurs eux-mêmes que ceux qui étaient invités à la table d’arbitrage, mais aussi les sympathiques supporters gesvois. Julien Gillet, Nicolas Becker, Arnaud Tremblez, tous trois classés D4, et le très prometteur Eli Bodart, D6, nous ont régalé, à l’instar de Séba et de Vince. Ce festival nous a porté vers l’extase, tout comme l’humour et le fair-play qui ont présidé des points très souvent de haut niveau. Romain Delannoy a offert une courageuse réplique face aux visiteurs, trop forts techniquement, tout comme Jean-Loup Noël qui a espéré, l’espace d’un set (à 1/0), faire trembler Arnaud… Tremblez, mais ce ne fût qu’un feu follet. La 3ième mi-temps a ensuite permis aux huit participants de partager le(s) verre(s) de l’amitié dans une ambiance décontractée, placée sous le signe du respect mutuel.
En division 6 G, Seilles « E » / Jambes « G » : 16/0.
Les « Avresses » jamboises se déplacent avec trois paires d’échasses (deux E6 et un NC), le quatrième échassier étant au repos forcé. Les seillois, représentés par un E0, un E2, un E4 et un NC, emballent la partie, Marina Burova contraignant toutefois Benoît De Paepe à lutter jusqu’à la belle. Benoît, très concentré, ajoute deux nouvelles perfs à celles déjà obtenues à La Cipale il y a deux semaines. André Hanoul, Dany Bertrand et Fabrice Roland réalisent le sans faute parfait, avec le panache en prime. Dédé, le Chantre de Notre-Dame, Mister President, alias big moustache, Fab, interprète magique de moults chants estudiantins, paillards ou non, pouvaient bien entonner avec Benoît, une de nos futures « pépites », une « Petite Gayole » ou un « Bia Bouquet » de la meilleure veine, à l’issue de cette partie, gérée de maîtresse façon.
Rendez-vous est pris pour le samedi 3 novembre prochain, à l’extérieur, pour, espérons-le, une nouvelle moisson plantureuse de succès !