(J-3) – 29 septembre 2018 – UNE SEULE OMBRE AU TABLEAU : LA « D »… DEFAILLE !
En division 3 D, Seilles « A » / Havelange « B » : (3/5) 8/8.
Face à forte opposition (1 C0, 2 C6 et 1 D2), nos quatre D0 sont passés tout près de la « montre en or », après une première mi-temps en… demi-teinte : un nul annonciateur de résultats futurs, plus en adéquation avec la valeur intrinsèque de cette équipe. Michel Simon (2) passe à un cheveu de la victoire (2/3) face à Marc Ruwet, C6, et exulte au 5ième set face à André Gilles, l’autre C6. Mich n’a assurément rien perdu de sa rage de vaincre. Steve Piot (2) a tout aussi soif de victoire et termine « aux forceps » (3/2) face à Marc et Nicolas Culot, D2. Stivi, la dynamite à l’état brut. Denis Perin (2), après avoir affronté en vain Pascal Alexandre, C0 invaincu ce samedi, et André, apporte deux succès appréciés, acquis face à Nicolas et Marc. Denis constitue une valeur sûre, tout comme André Grenson (2) qui « atomise » (3/0) Marc et Nicolas. Notons encore six matches (4/2) en cinq sets. Le « compteur » est lancé à présent, qu’il ne s’enraie pas !
En division 4 D, Seilles « B » / Vedrinamur « M » : (6/2) 14/2.
Quatre D0 opposés à 1 D2, 2 D4 et 1 D6, la partie se présentait sous de bons auspices. Aux « citrons », la « B » s’était forgée un avantage substantiel. La seconde période était ensuite le théâtre d’une chevauchée fantastique de la part de nos « cavaliers » qui ne mordaient plus la poussière. Quentin De Greef, D2, sauve deux fois l’honneur visiteur. Axel Léonard (12/2) et Philippe Delannoy (12/3) sont tous deux en forme « olympique » et concluent par des « strikes » bien prometteurs. Michel Ramelot et Olivier Chiaradia, efficaces eux aussi, buttent sur Quentin, sans pour autant compromettre un succès seulement contesté jusqu’à 3/2. Une victoire collective, avec le panache.
En division 4 G, Seilles « C » / Havelange « C » : (5/3) 10/6.
D2, D4, D6 et NC contre D4, 2 D6 et E6 chez les Condruziens. Léger avantage des Seillois avant le café, puis reprise en fanfare avec un 3/1 qui amène 8/4. Le travail est parachevé au 14ième match par Sébastien Roland, auteur d’un brillant sans faute (12/3) ; Séba serpente comme une anguille dans le vaste « aquarium de Sainte Begge » : nous sommes preneurs de telles arabesques. Michaël Lemal se révèle intraitable (12/0) et signe une clean-sheet, reflet d’une technique sans faille. Vincent Angelicchio (2) inscrit deux succès, dont un à un moment stratégique en faisant 7/4. L’artiste gonfle son « capital victoires ». Maxime Roland, le fils de Séba, fait plus que son possible face à des adversaires aux classements trop élevés, sans jamais baisser les bras pour autant.
En division 4 E, Seilles « D » / Andenne « I » : (0/8) 1/15.
La seule ombre/défaite au tableau cette semaine. Evoluant à trois (D6, E0 et NC), face à 1 D2, 2 D4 et 1 E0, le combat est trop inégal pour les « hébergés » de la rue Rogier. Au final, cinq petits sets grapillés et l’honneur sauvé en cinq sets par Jean-Loup Noël, face au brillant Jean-Baptiste Brebois. Fabian Sente, encore convalescent, et Benoît De Paepe tentent courageusement de faire monter le compteur, mais leur ardeur n’est pas récompensée. Notre route continuera à être parsemée d’embûches.
En division 6 G, Seilles « E » / Havelange « F » : (8/0) 15/1.
La « E » venge la « D » ! Face à Havelange qui partageait la 1ière place avec nous, notre quatuor a « déroulé » avec application. En équipe, jeunes et moins jeunes ont patiemment construit ce succès, en y ajoutant la manière. Fabrice Roland, en progrès constants (12/0), inscrit le 9ième point libérateur. Marcel Lamproye (12/1) gère ses matches avec le professionnalisme que tout un chacun lui reconnaît. Dany Bertrand (12/1) n’a rien à envier à son compère Marcel et « big moustache » confirme, une fois encore, sa condition physique de « jeune premier ». La « faille » provient d’André Hanoul qui permet à Olivier Fraselle de sauver l’honneur, les carottes étant toutefois déjà cuites à ce moment de la partie. La chansonnette pouvait alors agrémenter la 3ième mi-temps, Dédé et Fabrice, maîtres de cérémonie en la matière, en connaissant plus d’un couplet.
A la semaine prochaine pour d’autres exploits à l’extérieur.