J1 – 15 septembre 2018 – SCORE GLOBAL : 33% - B et E : OK / A, C et D : KO.

 

En division 3 D, Seilles « A » / Rhisnes « C » : (3/5) 6/10.

Supérieurs en classements (un C2, deux C4 et un C6), les rhisnois ont fait souffrir les seillois qui s’alignent dans leur meilleure composition avec un C6 et trois D0. Philippe Delannoy nous permet de mener à la marque une seule fois à 2/1. La suite s’apparente à une course poursuite effrénée. Francis Sorée et Steve Piot sont les plus performants avec deux succès chacun : un C4 et un C6 pour Stivi et un C4 et un C6 pour Frenchie, c’est de bon augure pour la suite. Pilou s’impose à la belle face à un C6 et manque d’accrocher un C4 (2/3) : la soif de vaincre est bien présente, tout comme chez Denis Perin qui atomise un C4 sur le score de 3/0 et succombe au 5ième set face à un autre C4. Dans l’absolu, une défaite avec tous les honneurs.

 

En division 4 D, Seilles « B » / Leuze « F » : 16/0.

Les dés étaient pipés dès les premiers coups de palette,nos quatre D0 ayant à leur « menu » un courageux quatuor leuzois formé d’un D6, deux E0 et un E4. Soulignons la jolie prestation du joueur visiteur Pascal Descamps, E4, qui contraint Olivier Chiaradia à batailler jusqu’au 5ième set. Cette rencontre s’apparente cependant à un long fleuve tranquille comme en témoignent les chiffres : Michel Simon et André Grenson (12 sets à 0), Axel Léonard (12/1) et Olivier Chiaradia (12/2). Le potentiel seillois sera jaugé lors des prochaines semaines.

 

En division 4 G, Seilles « C » / Malonne « H » : (4/4) 7/9.

Malonne présente trois D4 et un D6 pour un D2, un D4, un D6 et un NC dans nos rangs. La rencontre s’avère équilibrée jusqu’aux « citrons », moment choisi par les namurois pour passer à la surmultipliée et inscrire 4/7. La tâche s’annonce dès lors ardue, la victoire choisissant son camp à l’issue du 15ième match. Soulignons le « strike » de Michaël Lemal, uniquement mis en difficulté par Pierre Piron, D6 (3/2). L’homme de la rue du Chêne est fait d’un bon bois. Son compère Sébastien Roland ne demeure pas en reste, puisqu’il réalise trois perfs contre les trois D4, échouant seulement à la belle face à « diable Pierre ». Séba pourrait être la révélation de cette saison. Vincent Angelicchio ne peut rien ce samedi face à des jeux ne lui convenant pas. Nul doute que ce passage à vide n’est qu’éphémère. Maxime Roland, un des fils de Séba, défend crânement ses chances dans des joutes trop déséquilibrées. La « C » passe à un poil du nul.

 

En division 4 E, Seilles « D » / Leuze « D » : 0/16.

Nous évoluons à trois. Nous réalisons le score inverse de la « B » face à une équipe descendant de division 3 et alignant deux D2 et deux D4 qui ont l’expérience et le rythme face aux promus seillois. Nos lances pierres n’allaient dès lors pas pouvoir contrer les flèches assassines des archers leuzois… Disma Perin, Dany Bertrand et Jean-Loup Noël contraignent respectivement Benoît Gilot, D2, Gilles Rousselle, D4, et Maxence Antoine, D4, à disputer les cinq sets. L’envie de vaincre est réelle, mais nos sympathiques adversaires ont les clefs du succès.

 

En division 6 G, Seilles « E » / Leuze « H » : (5/3) 9/7.

Une superbe victoire de la « E » dans une rencontre très équilibrée en classements: un E2 et trois E4 contre une E0, deux E4 et un E6. Après un départ en trombe (4/1 !), l’adversaire revient dans le parcours à la pause. La suite s’apparente à un chassé-croisé jusqu’à 7/7. Le suspense est insoutenable, le fléau de la balance pouvant pencher, à tout moment, d’un côté comme de l’autre. André Hanoul assure brillamment (3/0) le 8ième point. Dédé, le chantre de Namèche, possède de beaux restes. C’est alors au tour de Marcel Lamproye, notre recrue de choc, de donner le « coup de jarnac », chose faite à la belle. Le sel de la victoire et les sueurs humectent les lèvres seilloises, les artistes ont assurément mérité un meilleur breuvage. Fabrice Roland, le frère de Séba, une autre recrue de classe, et Marcel passent tout près du sans faute, capitulant tous deux à la belle, mais réalisant une très jolie perf face à la première joueuse adverse, classée E0. Romain Delannoy lutte courageusement, mais ne peut alimenter le compteur. Ce n’est que partie remise.

 

 

Tentons d’engranger (un peu) plus de victoires dès samedi prochain, en déplacement, pour alimenter une spirale positive.