(J-14) – 27 janvier 2018 – UN BILAN POSITIF AVEC UNE SEULE DEFAITE !

En division III G – CSTT Seilles « A » / CTT Rouillon « A » : 0/0 (fft général de Rouillon).
En cette période de grande crue chez nos voisins français, l’embarcation seilloise a paradoxalement été mise au chômage. Elle sera remise à flots dès samedi prochain pour surfer sur la vague de la victoire.

En division III E – CSTT Seilles « B » / CTT Barrage « D » : (3/5) 5/11.
Une fois encore, nos fantassins devaient être solides pour (espérer) faire… barrage aux visiteurs, blocs construit en ébène : C6, 2 D0 et 1 D2. Un score (trop) sévère sanctionne cette partie dans laquelle un match sur… deux se déroule en cinq sets (4/4). La partie demeure indécise jusqu’au 12ième match (5/7). C’est ensuite la « dégelée » avec un 0/4 ! Nous buvons la tasse… somme toute logique dans cette région ! Les moins « soiffards » sont André Grenson (2) et Denis Perin (2). André, efficace et patient quand il le faut, est tout proche d’accrocher un de ses « congénères » en classement, s’inclinant à la belle. Denis réalise une nouvelle perf face à un D0 qui a (peut-être) succombé aux coups répétés de son (service) marteau. Chaque semaine offre au namêchois son lot de satisfactions et il aurait tort de bouder son plaisir. Steve Piot (1) commence son récital de la meilleure manière, en arrachant, avec sa fougue légendaire, la victoire au 5ième set, puis son moteur se grippe, une fois n’est pas coutume. La burette de décale tout sera à sa disposition sur la table dès samedi, pour que l’artiste retrouve toutes ses sensations. Axel Léonard est bien mal payé de ses inlassables efforts, étant « assassiné » par trois fois au 5ième set. La volonté y est, nul ne le contestera, mais quand la réussite tourne le dos… cela devient « mission impossible ».

En division IV E – CSTT Seilles « C » / TT Harlue « B » : (4/4) 11/5.
Après le (modeste) nul concédé au match aller en terre hesbignonne, les mosans avaient à cœur de prendre leur revanche, en y ajoutant, si possible, le panache. Après une première mi-temps non exempte de turbulences (0/3, 2/4 !), le « Concorde » local tourne à plein régime. C’est 7/4, puis 8/5 et… 9/5 des œuvres de l’opérateur radio, Vincent Angelicchio. Le vol peut alors continuer en toute quiétude. Cet équipage construit une belle victoire collective. Denis Brisfer (3) allie technique et puissance et rate de peu le sans faute, étant défait à la belle par Yvan Pirard. Denis fait preuve d’une belle régularité dans les victoires. Michaël Lemal (3) connaît la même mésaventure que Denis, mais lui face à Stéphane Castremanne. Il cartonne ensuite dans ses trois autres rencontres (3/0, 3/0 et 3/1) : application et maîtrise font partie intégrante des qualités de son (plantureux) registre. Jérôme Pirsoul (3) ne commet qu’un faux pas lors de son premier match. Il est irrésistible par la suite et catapulte ses adversaires dans la… stratosphère (un triple 3/0). Le Seigneur des « Hauts d’Andenne » reste une valeur sûre à la « bourse » du tennis de table. Sa cote ne risque pas de s’effondrer. Vincent Angelicchio (2) se « liquéfie » face à a séduisante Alexia et plie aussi l’échine face à Yvan. Sa mécanique tourne ensuite à plein régime, le rocker ayant, lui aussi, le bon goût d’alimenter le marquoir. Un succès qui s’est dessiné après la pause.

En division V F – CSTT Seilles « D » / CTT Rouillon « D » : (7/1) 14/2.
Tout auréolés après leur exploit (9/7) samedi dernier face au solide leader invaincu, Loyers, les rouillonnais étaient à prendre très au sérieux. Point question de rendre un… brouillon pour les nôtres, mais plutôt de tendre vers une « clean sheet » ! Message reçu 100% par nos quatre mousquetaires qui devront manier l’épée avec habileté face à un adversaire (beaucoup) plus coriace que ne le laisse apparaître le score. A la mi-temps, l’avance est, dirons-nous en toute modestie, « substantielle »... Les seillois ont le bon goût de ne pas se relâcher et resserrent les cale-pieds pour forger un score sans appel, même si, avouons-le en toute humilité, plusieurs sets se terminent sur le plus petit écart, deux 18/16 notamment… Dans cette partie marquée du sceau du fair-play, Disma Perin (3) dispute deux de ses rencontres en cinq sets, preuves irréfutables d’adversaires solides. « Le bon larron » nous gratifie de somptueux coups droits répétés à l’envi, tant le roseau rouillonnais plie mais ne rompt pas. Fabian Sente (3) confirme son efficacité et une patience à faire pâlir le plus grand des ivrognes. « Fab » sait ferrer le « poisson » et… ne pas le lâcher. Sébastien Roland (4) est séduisant, sportivement et physiquement s’entend, de bout en bout : lifts, coups droits, feintes de corps, services audacieux,… et j’en passe, émerveillent une salle toute acquise à la cause de ce sportif exemplaire. Jean-Loup Noël (4) tente d’imiter ce partenaire de choix, mais dans un style plus sujet à miner le moral, sportivement bien entendu : tailles acérées et coups défensifs tordus sont le plat principal de ses adversaires qui se démolissent la mâchoire sur ces balles « cisaillées ». Rouillon a défendu crânement ses chances et le score ne reflète pas cette bataille de tous les instants.

En division V E – CSTT Seilles « E » / R Pal Gembloux « H » : (3/5) 8/8.
Joli nul des nôtres face aux couteliers. A l’instar de la « C », le départ est « poussif » (0/2, 1/3, 1/5 !) et nous courrons après le score jusqu’à la fin. Nous allons, pour une fois, faire mentir la fable bien connue de Jean de La Fontaine, « Le lièvre et la tortue », « Mister President » et « Dédé la terreur » sortant leurs tripes pour arracher le nul. Ces funambules de la petite balle sont de véritables maîtres à jouer. Leur âge vénérable n’a aucune prise sur leurs jeux affûtés. Finesse et intelligence pour ces ténors qui enflamment notre aire de jeu. Honneur et gloire à Dany Bertrand (4), alias « big moustache », gentleman (non cambrioleur) au grand cœur, qui dicte sa loi (12/1) à la jeunesse adverse, passablement médusée. André Hanoul (2), accrocheur en diable, ne rentre jamais bredouille et a l’immense mérite de bien gérer la pression pour arracher le nul. Une appréciation vis-à-vis de Dédé : un sage à table, un chanteur humoriste à la buvette… avec un coffre digne d’un chanteur d’opéra ! Romain Delannoy (1) et Fabian Damanet (1) contribuent, eux aussi, à l’obtention de ce joli score. Rom et Fab 2 donnent le coup de jarnac nécessaire pour prendre ces deux points. Félicitations à l’équipe et un premier succès pour Fab 2, succès… qui en appelle d’autres. L’effet « boule de neige » ?

Samedi prochain, continuons à travailler… pour inspirer votre chroniqueur hebdomadaire, mais aussi pour démontrer que combativité et esprit d’équipe ne sont pas des balivernes à Seilles.